Sœurs de Saint Paul de Chartres
L'amour du Christ nous pousse à manifester sa  bonté  et sa tendresse à tous nos frères.
In English
Visitez SPC, le Japon à:
             Hakodate-Shirayuri
             Sendai
             Morioka
Soeurs de Saint Paul de Chartres
Japon
Fondation: 1878
Les SPC au Japon … Une étincelle de lumière qui continue à briller !...

  Depuis 1878, une étincelle de lumière a paru dans la nuit et continue à briller,  grâce à 132 années de présence SPC, dans ce pays à minorité catholique. Les Sœurs de St Paul de Chartres du Japon font partie de cette congrégation répandue dans 35 pays et qui annonce la lumière de la foi sur les cinq continents du monde. C’est en 1848 que la congrégation a répondu à l’appel de l’Extrême Orient, à partir de la première mission SPC à Levesville, et la lumière s’est vite répandue : Hong Kong, le Vietnam, le Japon, la Corée, la Thaïlande, la Chine et les Philippines.
   
    Pour contribuer à la croissance du Japon, l’un des premiers grands pays du monde, les Sœurs se sont aussi engagées dans l’Education. C’est le principal apostolat des SPC au Japon jusqu’à aujourd’hui. Les Sœurs tiennent huit écoles de base : jardin d’enfants, cycle élémentaire, niveau secondaire, et deux institutions d’enseignement supérieur. Ces dix établissements sont situés à Hakodaté, Moricka, Sendaï, Tokyo, Gora, Shonan et Yatsushiro. Nos écoles, au Japon, se nomment “shirayuri”, ce qui signifie “lys blanc”.
Cette fleur et cette couleur représentent la dignité et l’intégrité. Aussi nos Institutions sont l’objet d’une grande considération au Japon.
Elles assistent les vieillards, aident à préparer la Messe mensuelle, et surtout, rendent le Christ présent et le font connaître par leur présence joyeuse et priante. Au Japon, l’âge de la retraite est strictement réglementé, même pour les Sœurs de St Paul. Cependant quelques Sœurs en retraite savent se rendre utiles à l’intérieur du couvent ou dans des travaux bénévoles.

   Actuellement, on compte 133 Sœurs de St Paul au Japon, présentes dans treize maisons. 129 sont japonaises et 4 étrangères : une philippine et trois coréennes. Nous sommes deux missionnaires, une coréenne et moi. Je suis venue opportunément au moment du 2000e anniversaire de la naissance de St Paul. J’ai répondu à l’appel de l’Esprit Saint, pour me faire « toute à tous. » C’est un grand défi, dû aux différences, dans l’environnement, le style de vie et la mission, même si nous vivons du même esprit, celui de nos fondateurs, du même charisme et de la même spiritualité. C’est l’amour du Christ qui nous donne confiance et espérance pour travailler ensemble à le faire connaître et aimer.


    Pour répondre aux besoins d’aujourd’hui, les SPC du Japon ont construit le « CARITAS Home », pour les personnes âgées, sur le terrain du Sendaï College, en 2005. Cet établissement sert en même temps de lieu de pratique et d’entraînement pour nos étudiants qui, après leur formation secondaire, peuvent obtenir une licence pour le soin des malades. Quelques Sœurs de St Paul en retraite professionnelle travaillent également ici comme volontaires.

MON EXPERIENCE MISSIONNAIRE AU JAPON
Cet appel est venu aussi, providentiellement, au cours de l’année Saint Paul, notre patron, lui le grand missionnaire.

     Les paroles de l’Evêque Rooker m’inspirent :   « C’est le Bon Dieu qui vous choisit pour faire connaître et aimer Jésus au Japon… »,  de même que la générosité de la province des Philippines pour l’envoi des missionnaires. C’est ainsi que j’arrive au Japon le 20 août 2007, chantant dans mon cœur le Magnificat. Bien que je croie, personnellement, que je suis vraiment missionnaire dans mon pays, confronté à une très grande pauvreté, je sens cependant un appel encore plus fort à servir l’Eglise Universelle et sans frontières.
      Devenue missionnaire au Japon, pays à minorité catholique, je comprends que je dois d’abord m’immerger dans sa culture, son langage, ses traditions, ses pratiques et ses visages si divers et étrangers pour moi. Je me sens comme un poisson hors de l’eau. Une Sœur japonaise m’a dit qu’il y a de très nombreux missionnaires au Japon, mais peu de travail ! C’est vrai que je découvre chaque jour que l’évangélisation dans ce pays moderne n’a pas vraiment pour but de convertir les gens au christianisme, mais de leur faire rencontrer le Christ, sa Personne et son Message à travers notre témoignage. Je ressens toujours un vrai bonheur chaque fois que je vois nos étudiants de Shirayuri, leurs parents, les professeurs et beaucoup de Japonais, joindre leurs mains avec ferveur, fermer les yeux, prier et faire le signe de la croix. C’est pour moi un signe d’espérance !

    Ces temps de défis me poussent à l’intimité avec Dieu, à me tenir proche de Jésus et à demander au Saint Esprit d’inspirer tous mes actes et mes paroles pour le bien de la Congrégation, de l’Eglise et de la mission du Christ. Béni soit Dieu qui répond toujours ! Sa bonté et sa fidélité qui transparaissent dans la douceur des gens, les événements, les circonstances, me semblent toujours se manifester au bon moment, au bon endroit, exactement là où il faut. DIEU SOIT BENI POUR CE SERVICE DE LA CHARITE ! 

                    Sœur Bernadette Padawel, SPC. Japon. Le 20 août 2009.
  “ Seigneur, où veux-tu que je sois à ton service ? » C’est ma prière habituelle, à la fin de chaque année scolaire. Mais quelle surprise que cette invitation, en juin 2006-2007, à devenir, à 46 ans, missionnaire au Japon ! La grâce de Dieu agit mystérieusement et avec justesse, car mon cœur déborde de reconnaissance pour les multiples bénédictions reçues pendant mes 23 premières années en famille, de même que pour les 23 années fructueuses vécues dans notre famille paulinienne.